Melimelo en Corée

The Spy Gone North

The Spy Gone North

De Yoon Jon-Bin

The Spy Gone North

The Spy Gone North s’inspire de l’histoire vraie de “Black Vénus”, espion sud-coréen, envoyé au nord. Toutefois, le scénariste prend des libertés par rapport à l’histoire réelle.
Park Suk-Young mène un combat qui a néanmoins une touche très actuelle. En effet, il est recruté comme espion parce que le sud a besoin d’avoir plus d’informations sur l’armement nucléaire du nord, cette épée de Damoclès menaçante. Mais il va faire des découvertes qui vont remettre en cause sa mission, ses convictions, et ses valeurs.

Si vous voulez en savoir plus, je vous mets la fiche IMDb.

Mon avis sur The Spy Gone North (attention aux spoilers)

J’avais déjà regardé quelques films sud-coréens, notamment pendant mes douze heures de vol. Et j’avais été surprise par la violence ainsi que le pathos qui s’écoulait à flot des films. Mais en considérant l’histoire de ce pays, tâchée de violences innommables, ce n’est pas si étonnant que ça. Les Sud-coréens ont vécu des événements horribles et ils savent le faire transparaître dans leurs films. Je vous avouerais que j’ai vidé mon stock de mouchoirs trop rapidement dans l’avion (et ce n’est pas entièrement la faute à la température qui a chuté).

Un pathos qui ne verse pas trop dans la violence

Et bien pour ce film j’ai été surprise du nombre de morts. Il y en a peu. Pas de massacres à tour de bras. (Tant mieux). Ni de scènes aux violons déchirants. Pas de violences qui font vomir nos entrailles (bon appétit). Et tant mieux. Pour ceux qui ont tendance à partir trop “à fond” dans le film, c’est l’idéal. Il y a juste une scène, sur la fin, qui fait sangloter les violons et le pathos, mais le cliché est poussé tellement fort que cette scène en devient très drôle. Peut-être que les Coréens commencent à nous connaître et à nous sortir une version “cold” de leurs films “spicy”.

Le restant du film maintenant…

J’ai été un peu perdue par moments parce qu’il me manque des éléments de culture. Mais j’ai l’impression que ce problème disparaît au fur et à mesure du film parce que le scénario nous pose bien le cadre. Il y a des films où j’ai été beaucoup plus perdue et confuse. Mais celui-là n’est pas trop gênant, pas besoin de réviser avant de venir.
Puis le personnage lui-même est perdu aussi, au final, dans les intrigues politiques de tous les pays en jeu. Qui est le méchant ? Le gentil ? Quel personnage est en train de le manipuler ? Quelles implications vont avoir ces manipulations sur la vie des gens ? Parce que l’enjeu devient trop important à un moment donné…
Et le conflit de valeurs… Suivre les ordres du gouvernement, oui, mais à quel prix ? La protection du pays ? Qui protéger au final ? Parce que c’est aussi l’histoire d’un conflit de valeurs…
J’ai apprécié ce film, pour le fait qu’il préserve mon petit coeur en n’étant pas trop spicy, pour cette connaissance apportée (même si le film ne suit pas l’histoire de Black Vénus, il m’en apprend l’existence), et par cette double lecture sur les conflits de valeurs.
J’ai moins aimé quelques scènes qui m’ont fait sortir du film… Vous savez ces petits moments où vous êtes à fond dans l’histoire et une scène vous en sort, pour diverses raisons (trop stupide, trop violent, trop cliché). Mais cet effet a peut-être été renforcé par le fait que les gens ont fait du bruit dans la salle par moment.

Au final…

J’en ressors tout de même avec une appréciation du film positive. Allez le voir, parce qu’il est sympa, et dites-moi en commentaire ce que vous en avez pensé !

Vous pouvez laisser un commentaire avec votre compte Wordpress, Twitter, Facebook ou Google + :)

%d blogueurs aiment cette page :